PRÉSIDENTIELLE 2022: CHARLES MILLON, ANCIEN MINISTRE DE JACQUES CHIRAC, RALLIE ÉRIC ZEMMOUR

Président de la région Rhône-Alpes de 1988 à 1999, Charles Millon rejoint Eric Zemmour, selon les informations de BFM TV.
Ancien ministre de la Défense de Jacques Chirac entre 1995 et 1997, Millon avait été réélu en 1998 à la tête de la région Rhône-Alpes avec les voix des élus FN, ce qui avait provoqué une vive polémique au sein de son parti de l’époque, l’UDF (Union pour la démocratie française).

ISOLEMENT POUR LES CAS CONTACTS, MÊME VACCINÉS

Toute personne « contact » d’une autre, testée positive au nouveau variant du coronavirus, Omicron, devra être isolée même si elle est vaccinée, a indiqué samedi le ministère de la Santé.
« Toute personne contact à risque d’un cas possible ou d’un cas confirmé du variant B1.1.529, indépendamment de son statut vaccinal, doit être considérée comme ‘contact à risque élevé’ et doit ainsi être placée en quarantaine », selon le texte envoyé aux établissements et professionnels de santé et dont l’AFP a obtenu copie.
Actuellement en France, où aucun cas confirmé de ce variant n’a encore été annoncé, si une personne est cas contact d’une personne infectée au coronavirus, elle ne doit s’isoler sept jours que si elle n’est pas vaccinée ou que son schéma vaccinal est incomplet et/ou qu’elle est immunodéprimée, selon l’Assurance Maladie.

La France compte « 600.000 à 700.000 » sans-papiers, selon le ministre de l’Intérieur

La France compte « 600.000 à 700.000 » personnes en situation irrégulière sur son territoire, a déclaré dimanche le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, se félicitant d’avoir « beaucoup moins de clandestins que la plupart des grands pays d’Europe ».

« La France a beaucoup moins de clandestins, que la plupart des grands pays d’Europe, à commencer par la Grande-Bretagne : entre 1 et 1,5 million contre 600.000 à 700.000 pour nous », a-t-il affirmé.

En l’absence de données en France sur les sans-papiers, le nombre de bénéficiaires de l’Aide médicale d’Etat (AME), dispositif d’accès aux soins destiné aux personnes en situation irrégulière, sert traditionnellement de statistique pour mesurer leur présence sur le territoire.

17 octobre 1961 : Macron dénonce des « crimes inexcusables pour la République »

C’est la première fois qu’un président français se rend sur les lieux du massacre dont le nombre de morts est estimé par les historiens à au moins plusieurs dizaines, le bilan officiel n’en dénombrant que trois.
Emmanuel Macron a dénoncé ce samedi des « crimes inexcusables pour la République », à l’issue d’une cérémonie officielle pour les 60 ans du massacre des Algériens commis lors du 17 octobre 1961. Le chef de l’Etat « a reconnu les faits : les crimes commis cette nuit-là sous l’autorité de Maurice Papon sont inexcusables pour la République », indique un communiqué de l’Elysée, faisant référence à celui qui était à l’époque des faits préfet de police de Paris.

Le président algérien Tebboune répond aux propos de Darmanin

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune lors de sa rencontre avec la presse a répondu aux propos du ministre de l’intérieur français Darmanin, concernant le refus de l’Algérie de récupérer ses ressortissants expulsés par la France.
Le président algérien répond en disant que c’est un grand mensonge et que l’Algérien n’a jamais reçu 7000 dossiers de ressortissants mais que 94 dossiers.

Bernard Tapie est mort à l’âge de 78 ans

Bernard Tapie s’est éteint ce dimanche après une bataille acharnée contre le cancer

Il s’est battu jusqu’au bout. Bernard Tapie, qui luttait contre un cancer de l’estomac, est décédé ce dimanche 3 octobre à l’âge de 78 ans. Celui qui fut pêle-mêle homme d’affaires, patron de l’ OM, acteur, directeur de journal…

Pass sanitaire : Vers une prolongation jusqu’à l’été 2022 ?

A l’approche des élections présidentielles de 2022, le gouvernement envisage de pouvoir imposer le pass sanitaire jusqu’à l’été prochain, donc après les présidentielles.

Gabriel Attal a rappelé que le gouvernement souhaite « se donner les moyens, pendant encore plusieurs mois, d’avoir la possibilité de recourir à des mesures pour protéger les Français ».

Selon un avant-projet de loi transmis au Conseil d’État, cette possibilité pourrait être donc être étendue « jusqu’à l’été » 2022, de manière à anticiper l’absence du Parlement lors des campagnes présidentielle et législatives.

Mais « notre souhait, c’est de ne pas avoir à recourir » à cette prolongation du passe sanitaire, a-t-il fait valoir. « On ne va pas prolonger indéfiniment » certaines mesures, a-t-il expliqué.

Immigration : la France réduit de 50% les visas accordés à l’Algérie et au Maroc

La France va fortement durcir le ton envers l’Algérie, le Maroc et la Tunisie, a déclaré mardi matin le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, confirmant une information d’Europe 1.
Emmanuel Macron a en effet décidé de diviser par deux le nombre de visas délivrés pour l’Algérie et le Maroc, et de 30% pour la Tunisie par rapport à 2020, a précisé un conseiller de l’exécutif auprès du Figaro.

En effet, d’après les informations d’Europe 1, sur les six premiers mois de l’année 2020, environ 63.000 visas ont été délivrés pour 96.000 demandes. Sur les six premiers mois de l’année 2021, plus de deux demandes sur trois faites par l’Algérie ont été accordées par la France. «Emmanuel Macron a donc demandé aux services consulaires du Quai d’Orsay de délivrer pour les 6 prochains mois 31.500 visas maximum, soit une division par deux», précise la chaîne.
La décision a été prise à la suite des difficultés rencontrées par la France pour renvoyer dans leurs pays les ressortissants faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire.

En Algérie, seulement 22 obligations de quitter le territoire ont été effectivement appliquées sur 7731 décisions ordonnées par la justice entre janvier et juillet 2021. Concernant le Maroc, 3301 ressortissants ont reçu une obligation de quitter le territoire, et seuls 80 ont été expulsés dans les faits. Tandis qu’en Tunisie, 3424 ressortissants ont reçu une obligation de quitter le territoire, une décision appliquée à 131 d’entre eux.

Agnès Buzyn, ex-ministre de la Santé, mise en examen

La nouvelle vient de tomber. Pour la première fois depuis le début de l’épidémie de Covid-19, la gestion gouvernementale de la crise sanitaire en France connaît ses premiers déboires avec la mise en examen d’Agnès Buzyn par la Cour de Justice de la République (CJR), au motif d’une « mise en danger de la vie d’autrui », rapporte l’AFP dont Le Monde se fait l’écho. Elle est également placée sous statut de témoin assisté pour des faits « d’abstention volontaire de prendre les mesures à combattre un sinistre », précisent Les Echos. L’ex-ministre de la Santé était en poste au début de la crise sanitaire avant de quitter son ministère pour se lancer dans la course à la mairie de Paris. On lui reproche – entre autres – d’avoir minimisé la portée de la pandémie de Covid-19. En janvier 2020, elle avait notamment déclaré que « les risques de propagation du coronavirus dans la population sont très faibles », avant de se rétracter deux mois plus tard en expliquant avoir quitté son ministère « en pleurant », parce qu’elle savait « que la vague du tsunami » était en passe de déferler avec la suite que l’on connaît. Cette première mise en examen pourrait être la première d’une longue série.

Eric Zemmour meilleure vente sur Amazon, quelques jours avant sa parution

Le livre d’Eric Zemmour à paraître le 16 septembre, « La France n’a pas dit son dernier mot », était en tête des ventes sur Amazon France vendredi, en précommande.

Cet ouvrage que l’auteur présente comme le « journal d’une autobiographie politique » devançait cinq livres que les élèves du secondaire doivent acheter à la rentrée, à commencer par « Les Fleurs de mal » de Charles Baudelaire.

Amazon ne divulgue pas de chiffres autres qu’un classement régulièrement actualisé des livres les plus commandés. Il ne donne qu’une idée partielle du succès d’un livre, certains d’entre eux ayant beaucoup de succès en ligne mais peu en librairie, et inversement.

L’éditorialiste du Figaro édite lui-même, aux éditions Rubempré, cet ouvrage de 350 pages que la maison Albin Michel a renoncé à publier.