Un imam catalan, principal organisateur des attaques en Espagne

1032713358.jpg
© REUTERS/ Susana Vera

La police catalane a mené samedi une perquisition dans la maison de l’imam Abdelbaki Es Satty, qui serait derrière la radicalisation des jeunes terroristes qui ont perpétré les attaques meurtrières à Barcelone et à Cambrils.

Le Marocain Abdelbaki Es Satty, imam de la mosquée de la ville catalane de Ripoll, est le principal organisateur des attentats terroristes en Espagne. Sa maison, située dans la ville de Ripoll, a été perquisitionnée samedi par la police catalane, indique le journal espagnol El Pais.

Selon la police, le prédicateur a quitté la prison de Castellon en 2012, où il avait été incarcéré en raison d’irrégularités avec son permis de séjour. À en croire El Pais, c’est là où il a fait connaissance des terroristes qui ont organisé l’attentat dans la gare madrilène d’Atocha, le 14 mars 2004, qui avait fait 191 morts. Âgé de 40 ans, l’imam vivait depuis 2015 à Ripoll, une ville où résidaient d’autres suspects liés aux attentats.

Ses voisins parlent d’Es Satty comme d’un homme discret qui essayait de ne pas attirer l’attention. Il n’a pas réussi à s’intégrer dans la communauté musulmane locale qui comptait environ 500 personnes.

La police suppose que l’imam a été tué dans l’explosion qui s’est produite dans la nuit de mercredi à jeudi dans un bâtiment résidentiel de la ville d’Alcanar, en Catalogne.

Leur chef décédé, les terroristes ont décidé d’improviser des attaques à Barcelone et à Cambrils.

Une fourgonnette a percuté la foule jeudi près de l’avenue piétonne La Rambla, dans le quartier touristique de Barcelone. Daech a revendiqué cette attaque. Une autre fourgonnette a foncé sur des passants à Cambrils, à 120 km de Barcelone, quelques heures plus tard. L’opération spéciale lancée par la police à Cambrils a permis d’éliminer quatre terroristes et d’en blesser un cinquième, qui a ensuite succombé à ses blessures. Selon un dernier bilan, les attaques en Catalogne ont fait 15 morts et 130 blessés.

Source

USA : CNN censure le Président Trump

images (1)

Les proches de Trump, ont annoncés qu’une annonce de campagne publiée dimanche a été bloquée par le réseau de télévision de CNN. Après que l’équipe des médias de la campagne a tenté un placement média payant standard pour l’annonce, CNN a bloqué l’achat publicitaire, censurant le message au peuple américain que « le plan du président Trump fonctionne ». C’est la deuxième fois depuis mai que CNN a censuré une annonce payante de campagne du président Trump, démontrant en outre la censure dont est victime Trump par certain médias dont CNN.

Michael S. Glassner, directeur exécutif de Donald J. Trump pour président, a commenté ce dernier acte de censure de CNN, en disant:

« L’une des nombreuses raisons pour lesquelles tant de millions d’Américains appuient le président Trump est en raison de leur méfiance totale envers les médias d’information traditionnels et le refus du Président d’autoriser son filtre biaisé à interférer avec ses messages.

« Aujourd’hui, CNN a fourni une preuve supplémentaire que le réseau gagne cette méfiance tous les jours en censurant le message du président Trump au peuple américain en bloquant notre annonce de campagne payée. De toute évidence, le seul point de vue que CNN permet c’est son propre point de vue.

« L’annonce souligne les nombreuses réalisations du président Trump malgré les médias qui« attaquent notre président »et les« politiciens de carrière »qui s’opposent à leur chemin. Alors que la censure de CNN est prévisible, cela n’empêchera ni ne nier notre message que le «plan du président Trump fonctionne» pour le peuple américain ».

Nigéria : les chrétiens discriminés dans l’aide humanitaire

Nigeria_2017_0270101352_460.jpg

Alors que la famine menace le Nigeria, les chrétiens, victimes de discrimination sont privés d’aide humanitaire.

La situation alimentaire au nord-est du Nigéria ne cesse de se détériorer. Cinq millions de Nigérians sont menacés par la famine et, alors que le gouvernement s’organise pour acheminer de la nourriture dans les états les plus touchés, les chrétiens sont volontairement exclus de cette aide.

Avant même l’insurrection de Boko Haram, les chrétiens étaient déjà discriminés dans les villages à cause de leur foi. Aujourd’hui, à cause de la corruption qui règne à tous les niveaux de l’administration, même l’aide envoyée par l’occident n’arrive pas jusqu’à eux.

Osagie, un équipier de Portes Ouvertes sur place constate : « pourquoi croyez-vous que les chrétiens ne restent pas dans les camps de réfugiés du gouvernement ? Croyez-vous qu’ils iraient s’entasser dans des églises s’ils recevaient une quelconque aide du gouvernement dans les camps ? »

Les églises sont dépassées

Traditionnellement, les chrétiens ont toujours travaillé la terre, mais les attaques des islamistes de Boko Haram les ont chassés de chez eux, les laissant sans moyen de subsistance et faisant d’eux des déplacés internes.

Les églises font de leur mieux pour leur venir en aide mais elles sont dépassées, d’autant que le pays entre dans la période où les réserves sont épuisées et les nouvelles récoltes ne sont pas encore prêtes. Le pasteur Kweirang tire la sonnette d’alarme : «J’ai contacté des associations internationales mais je n’ai aucune réponse, j’attends, mais si aucune aide ne nous parvient nous ne serons plus en mesure de nourrir les gens que nous aidons actuellement.»

Des colis d’urgence pour 15 000 familles

Portes Ouvertes a débloqué une aide d’urgence sous forme de colis composés de nourriture et d’argent. Un colis destiné à une famille contient 50 kg de haricots secs, 100 kg de maïs et un peu d’argent qui servira à acheter de l’huile, du savon, ou encore à se loger. 15 000 familles soit 75 000 personnes pourront ainsi se nourrir pendant 2 mois.

Source : Portes ouvertes

19 Août – Journée mondiale de l’aide humanitaire

Chaque jour, les travailleurs humanitaires aident des millions de personnes à travers le monde, peu importe qui ils sont et où ils sont. La Journée mondiale de l’aide humanitaire est l’occasion de rendre hommage à ceux et celles qui font face au danger et à l’adversité pour aider les autres. Cette date a été choisie par l’Assemblée générale en référence à l’attentat du 19 août 2003 contre le siège des Nations Unies à Bagdad, en Iraq, qui a causé la mort de 22 personnes.

Espagne: des victimes de 35 nationalités dans les attentats

Les victimes des attentats perpétrés jeudi et vendredi en Catalogne sont d’au moins 35 nationalités: treize personnes ont été tuées dans l’attaque à Barcelone et une quatorzième a succombé à ses blessures dans l’attentat de Cambrils, et les deux attaques ont fait plus de 100 blessés.

– Les victimes sont de nationalité allemande, algérienne, argentine, australienne, autrichienne, belge, marocaine, canadienne, chinoise, colombienne, cubaine, équatorienne, égyptienne, espagnole, américaine, philippine, française, britannique, grecque, néerlandaise, taïwanaise, hondurienne, roumaine, hongroise, irlandaise, italienne, koweïtienne, macédonienne, mauritanienne, pakistanaise, péruvienne, dominicaine, turque et vénézuélienne, selon un bilan « provisoire » de la protection civile catalane.

– Par ailleurs, selon le gouvernement portugais, une Portugaise figure parmi les personnes tuées à Barcelone.

– ATTAQUE A BARCELONE –

+ Les morts:

– Espagne: Trois Espagnols ont été identifiés parmi les personnes tuées sur la Rambla, selon un porte-parole de la Generalitat, l’exécutif catalan.

– Argentine: Une Argentine de 40 ans, qui avait également la nationalité espagnole, a été tuée, a annoncée vendredi soir le ministère argentin des Affaires étrangères. Silvina Alejandra Pereyra vivait à Barcelone depuis une dizaine d’années.

– CANADA: Un Canadien a été tué « lors du lâche attentat terroriste perpétré hier à Barcelone », a annoncé le Premier ministre du Canada Justin Trudeau vendredi.

– ITALIE: deux Italiens ont été tués et trois blessés, a annoncé vendredi le gouvernement à Rome.

Bruno Gulotta, 35 ans, originaire de Legnano, près de Milan, a été tué alors qu’il tenait son fils de 5 ans par la main.

Luca Russo, 25 ans, vivait au pied des Dolomites et était en vacances à Barcelone avec sa petite amie, qui figure parmi les trois Italiens blessés.

– BELGIQUE: une femme de nationalité belge et originaire de Tongres (est, partie néerlandophone) a été tuée. Elle était en vacances à Barcelone avec sa famille.

– PORTUGAL: une Portugaise, âgée de 74 ans, résidant dans la région de Lisbonne et qui séjournait à Barcelone avec sa petite-fille âgée de 20 ans, a été tuée. « Tous les moyens sont mis en oeuvre pour localiser la proche qui l’accompagnait », a ajouté le Premier ministre portugais, Antonio Costa.

– ETATS-UNIS: le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson a annoncé « la mort d’un citoyen américain ».

+ Les blessés :

– CANADA: Quatre Canadiens ont été blessés à Barcelone, a annoncé le Premier ministre du Canada Justin Trudeau vendredi.

– FRANCE: 26 Français ont été blessés, dont au moins onze gravement, a annoncé le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian.

Le ministre français de l’Intérieur Gérard Collomb a évoqué de son côté « des chiffres un peu plus importants sur le nombre de blessés graves, peut-être autour de 17 ».

– ALLEMAGNE/GRECE: au moins « 13 ressortissants allemands ont été blessés » lors de l’attentat de Barcelone, « certains gravement et si gravement qu’ils se battent pour leur vie », a déclaré le porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères Martin Schäfer. Il a ajouté: « nous ne pouvons pour le moment ni confirmer, ni exclure que des Allemands se trouvent parmi les morts ».

De son côté, le consulat honoraire grec à Barcelone a annoncé qu’une mère de famille de nationalité allemande a été hospitalisée dans un état grave.

Ses deux enfants de nationalité gréco-allemande ont été blessés plus légèrement, selon la même source.

– BELGIQUE: deux Belges ont été hospitalisés, dont un dans un état grave, selon le ministre belge des Affaires étrangères Didier Reynders.

– GRANDE-BRETAGNE : « plusieurs » Britanniques ont été blessés dans les attaques, a indiqué la Première ministre Theresa May. Par ailleurs, elle a évoqué des informations au sujet d’un enfant porté disparu qui aurait la nationalité britannique et celle d’un pays qu’elle n’a pas précisé.

– IRLANDE: une famille de quatre personnes – un couple et ses deux enfants – ont été touchés par l’attentat. Le père, blessé au genou, et son fils – âgé de cinq ans et qui souffre d’une fracture à la jambe – sont toujours à l’hôpital, a indiqué le ministère irlandais des Affaires étrangères.

– PAYS-BAS: trois Néerlandais ont été blessés. « Ils sont hors de danger et ont été pris en charge à l’hôpital », a fait savoir le ministre des Affaires étrangères Bert Koenders dans un communiqué.

– RUSSIE: une femme russe a été « blessée légèrement », a indiqué dans un communiqué l’agence russe pour le Tourisme (Rostourisme). « Elle a reçu de l’aide médicale sur place, sans être hospitalisée ».

– ROUMANIE: deux hommes, âgés de 33 et 42 ans, et de nationalité roumaine ont été blessés, et sont dans un état stable. Un autre homme de nationalité roumaine a été légèrement blessé et a déjà quitté l’hôpital.

– AUTRICHE: une Autrichienne a été « légèrement » blessée.

– HONGRIE: une femme a été légèrement blessée et a déjà quitté l’hôpital.

– MACEDOINE: un ressortissant macédonien a été blessé et a été hospitalisé pour une fracture à la jambe, selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères à Skopje.

– TURQUIE: un homme d’affaires turc âgé de 33 ans est hospitalisé pour des blessures aux jambes. Sa vie n’est pas en danger.

– ASIE: deux ressortissants de Taïwan ont été « gravement blessés » et ont été hospitalisés.

Un ressortissant de Hong Kong a de son côté été légèrement blessé et a déjà quitté l’hôpital.

– MAROC: « Trois Marocains, dont un enfant de six ans, ont été blessés dans les attentats d’hier. L’enfant est dans un état critique », a déclaré à l’AFP le responsable de la communication du ministère marocain des Affaires étrangères.

– ATTENTAT A CAMBRILS –

+ Peu après minuit, quelques heures après l’attentat à Barcelone, une voiture a renversé des passants sur la promenade de la mer. Elle a percuté une voiture des Mossos d’Esquadra – la police catalane – et une fusillade a éclaté, selon le gouvernement régional.

Une femme de nationalité espagnole a succombé à ses blessures, a annoncé vendredi la protection civile catalane. Cinq personnes ont également été blessées, dont un policier.

Au cours de l’opération, « cinq terroristes présumés » ont été abattus par la police.

AFP

Attentat de Barcelone: le Président Bouteflika condamne un « acte ignoble » et « horrible » et appelle à une « mobilisation déterminée » pour l’éradication du terrorisme

281176b8a0180fa879bff698298bedda_M

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a condamné vendredi, dans un message de condoléances, adressé au président du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, attentat terroriste « ignoble » et « horrible » perpétré jeudi à Barcelone, ayant causé la perte de plusieurs vies humaines et des dizaines de blessés, dont des ressortissants algériens, appelant à une « mobilisation déterminée » de la communauté internationale pour l’éradication du terrorisme.

« J’ai appris avec indignation l’horrible attentat terroriste perpétré à Barcelone, ayant causé la perte de plusieurs vies humaines et des dizaines de blessés dont des ressortissants algériens, a écrit le Président Bouteflika dans son message, ajoutant que « cet acte ignoble est une négation de la sacralité de la vie humaine et une vaine tentative d’atteinte aux valeurs fondamentales de liberté et de tolérance ».

« Tout en condamnant ce crime dans les termes les plus sévères, je vous présente, Monsieur le Président, à vous même ainsi qu’à votre peuple et aux familles des victimes, au nom du peuple et du gouvernement algériens et en mon nom personnel, nos sincères condoléances », a souligné le président de la République.

« En cette douloureuse circonstances, l’Algérie assure le Royaume d’Espagne ami de sa solidarité contre la barbarie terroriste qui n’épargne aucune nation ni aucune communauté à travers le monde. Elle renouvelle son appel à une mobilisation déterminée de la communauté internationale, sous l’égide des Nations unies, pour l’éradication du terrorisme et pour le renforcement du dialogue entre les peuples et les civilisations », a conclu le chef de l’Etat.

Plus d’un million de réfugiés sud-soudanais sont en Ouganda, selon le HCR

Uganda_726744_Refugees_2017.jpg

L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a une nouvelle fois demandé jeudi à la communauté internationale un soutien supplémentaire d’urgence pour gérer la situation des réfugiés du Soudan du Sud, en particulier en Ouganda, où le nombre de réfugiés sud-soudanais vient de franchir la barre du million.

Au cours des 12 derniers mois, 1.800 Sud-Soudanais en moyenne sont arrivés quotidiennement en Ouganda. En plus du million de réfugiés sud-soudanais qui y sont déjà accueillis, au moins un million d’autres ont fui au Soudan, en Ethiopie, au Kenya, en République démocratique du Congo (RDC) et en République centrafricaine (RCA).

En Ouganda, plus de 85% de ces réfugiés sont des femmes et des enfants (âgés de moins de 18 ans). Les nouveaux arrivants continuent de témoigner de la violence barbare qui sévit au Soudan du Sud, où des groupes armés incendient des maisons et les civils qui s’y trouvent, tuent les personnes sous les yeux de leurs proches, abusent sexuellement des femmes et des jeunes filles et enlèvent des jeunes garçons pour les enrôler de force.

Compte tenu des arrivées incessantes de réfugiés par milliers, le volume d’aide que le HCR et ses partenaires sont capables de fournir se réduit drastiquement. Pour l’Ouganda, 674 millions de dollars sont nécessaires pour les réfugiés sud-soudanais cette année, mais seul un cinquième de ce montant (21%) a été reçu jusqu’à présent. La situation est à peine meilleure dans d’autres pays de la région : au total, 883,5 millions de dollars sont nécessaires pour gérer la situation des réfugiés en provenance du Soudan du Sud, mais seulement 250 millions de dollars ont été reçus à ce jour.

La pénurie de financements impacte désormais considérablement la capacité des organisations humanitaires à fournir une aide vitale et des services essentiels.

En juin, le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) a été contraint de réduire les rations alimentaires destinées aux réfugiés. Dans l’ensemble des camps situés au nord de l’Ouganda, les dispensaires sont obligés de fonctionner sans un nombre suffisant de médecins, de personnel soignant et de médicaments, tandis que, dans les écoles, les enseignants doivent faire cours devant des classes de plus de 200 élèves, souvent au plein air. De nombreux enfants réfugiés abandonnent les cours car les écoles les plus proches sont trop éloignées pour y accéder facilement.

Depuis décembre 2013, date à laquelle la crise au Soudan du Sud a éclaté à Juba, plus de deux millions de Sud-Soudanais ont fui vers les pays voisins tandis que deux millions d’autres personnes seraient déplacés à l’intérieur du pays.

Jusqu’à 3.000 jihadistes de l’EI pourraient revenir en Europe

b269538d356449db5a7aa2233d8c9e0a9af71094.jpg
AFP/Archives / MARWAN IBRAHIM

Entre 1.200 et 3.000 Européens ayant vécu ou combattu avec l’organisation État islamique (EI) en Irak et Syrie pourraient revenir en Europe, selon un rapport d’analystes qui appelle les pays concernés à préparer minutieusement la gestion de ces retours à risques.

« La plupart des pays membres de l’Union européenne », dont la France, « s’attendent à une augmentation lente mais progressive des retours de combattants » de l’EI et du groupe Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ancien front al-Nosra, lié à Al-Qaïda), souligne le Réseau européen de sensibilisation à la radicalisation (Radicalization awareness network, RAN), créé par la Commission européenne.

Le nombre de ces « revenants » devrait notamment augmenter si le « califat » autoproclamé de l’EI, qui a beaucoup cédé de territoire en Syrie et Irak ces derniers mois, « est vaincu militairement ou s’effondre », note-t-il dans un rapport remis en juillet aux pays membres de la Commission.

Diverses estimations prévoient « entre 1.200 et 3.000 retours » d’Européens avec « des antécédents différents », en grande partie « des femmes et des enfants », ajoute le RAN, qui estime qu' »environ 30% » sont déjà rentrés, au su des autorités – ils sont alors souvent arrêtés – ou clandestinement.

Selon le RAN, « plus de 42.000 combattants terroristes étrangers » ont rejoint l’EI « depuis plus de 120 pays » entre 2011 et 2016 – un afflux d’une ampleur inédite dans l’histoire du jihad dans le monde – dont « plus de 5.000 » d’Europe.

Ces derniers sont pour beaucoup partis « de Belgique, de France, d’Allemagne et du Royaume-Uni, d’Autriche, du Danemark, de Finlande, d’Italie, des Pays-Bas, d’Espagne et de Suède », ajoute-t-il, en précisant que le taux de retour « est plus élevé », proche de la moitié, pour le Danemark, la Suède et le Royaume-Uni.

15 à 20% sont morts sur place, 30 à 35% sont déjà rentrés et environ 50% sont encore en Syrie et en Irak, selon l’Union européenne.